panjazz
« pan » mes initiales; jazz, ma passion…

Chanson composée par Cole Porter en 1930, introduite par Kathryn Crawford dans la comédie musicale « The New Yorkers », qui a débuté à Broadway le 8 décembre 1930 et s’est terminée en mai 1931, après 168 représentations. La chanson est écrite du point de vue d’une prostituée annonçant « l’amour à vendre ».

Lorsque la chanson est sortie en 1930, un journal l’a qualifiée « de mauvais goût » et les stations de radio ont évité de la diffuser. À cause des plaintes, Porter a déplacé le cadre de la chanson dans la comédie musicale au Cotton Club de Harlem, où elle a été chantée par une afro-américaine, Elisabeth Welch, au lieu de la chanteuse blanche Kathryn Crawford.

Des enregistrements populaires en 1931 ont été réalisés par Libby Holman et par les Pennsylvaniens de Fred Waring. En 2014, peu de temps après la sortie de leur album collaboratif (« Cheek to Cheek »), Tony Bennett a demandé à Lady Gaga si elle aimerait enregistrer un autre album avec lui, cette fois avec des chansons écrites par Cole Porter. Une fois le disque terminé, ils ont décidé de l’intituler d’après cette chanson, qui était la préférée de Bennett.

Ici, l’interprétation enregistrée en direct au Chez Club d’Hollywood, les  22 et 25 février 1967, pour l’album « Big Swing Face », par le Big Band du batteur Buddy Rich.

L’album ne se contente pas de rééditer le deuxième enregistrement de Buddy Rich & His Big Band mais double le programme avec neuf performances inédites du même engagement au Chez Club à Hollywood, le 10 mars 1967. L’orchestre de Rich était dans sa prime jeunesse, affichant un son d’ensemble très impressionnant, avec des solistes tels que l’alto Ernie Watts (un nouveau venu), le trompettiste Bobby Shew, Jay Corre au ténor et le remarquable batteur/leader. Malgré la présence de « Norwegian Wood » et de « The Beat Goes On » (ce dernier titre est interprété par Cathe, la fille adolescente de Rich, sur une voix), il s’agit d’un ensemble très swinguant. Rich a quelques solos remarquables et beaucoup de breaks de batterie, mais ne monopolise pas les projecteurs.

Canción compuesta por Cole Porter en 1930, introducida por Kathryn Crawford en el musical « The New Yorkers », que se estrenó en Broadway el 8 de diciembre de 1930 y terminó en mayo de 1931, tras 168 representaciones. La canción está escrita desde el punto de vista de una prostituta que anuncia « amor en venta ».

Cuando se lanzó la canción en 1930, un periódico la calificó de « mal gusto » y las emisoras de radio evitaron emitirla. Debido a las quejas, Porter trasladó el escenario de la canción en el musical al Cotton Club de Harlem, donde la cantó una mujer afroamericana, Elisabeth Welch, en lugar de la cantante blanca Kathryn Crawford.

Las grabaciones más populares en 1931 fueron las de Libby Holman y Fred Waring’s Pennsylvanians. En 2014, poco después del lanzamiento de su álbum en colaboración (« Cheek to Cheek »), Tony Bennett le preguntó a Lady Gaga si quería grabar otro álbum con él, esta vez con canciones escritas por Cole Porter. Una vez terminado el disco, decidieron ponerle como título el nombre de esta canción, que era la favorita de Bennett.

Aquí, la actuación grabada en directo en el Chez Club de Hollywood los días 22 y 25 de febrero de 1967, para el álbum « Big Swing Face » de la Big Band del baterista Buddy Rich.

El álbum no sólo reedita la segunda grabación de Buddy Rich & His Big Band, sino que duplica el programa con nueve actuaciones inéditas del mismo compromiso en el Chez Club de Hollywood el 10 de marzo de 1967. La banda de Rich estaba en su mejor momento, desplegando un sonido de conjunto impresionante, con solistas como el contralto Ernie Watts (un recién llegado), el trompetista Bobby Shew, Jay Corre al tenor y el notable batería/líder. A pesar de la presencia de « Norwegian Wood » y « The Beat Goes On » (esta última interpretada por Cathe, la hija adolescente de Rich, a la voz), se trata de un conjunto muy swing. Rich tiene algunos solos excepcionales y muchas pausas de batería, pero no acapara todo el protagonismo.

Canzone composta da Cole Porter nel 1930, introdotta da Kathryn Crawford nel musical « The New Yorkers », che aprì a Broadway l’8 dicembre 1930 e terminò nel maggio 1931, dopo 168 rappresentazioni. La canzone è scritta dal punto di vista di una prostituta che pubblicizza « amore in vendita ».

Quando la canzone fu pubblicata nel 1930, un giornale la definì « di cattivo gusto » e le stazioni radio evitarono di trasmetterla. A causa delle lamentele, Porter spostò l’ambientazione della canzone nel musical al Cotton Club di Harlem, dove fu cantata da un’afroamericana, Elisabeth Welch, invece della cantante bianca Kathryn Crawford.

Registrazioni popolari nel 1931 furono fatte da Libby Holman e Fred Waring’s Pennsylvanians. Nel 2014, poco dopo l’uscita del loro album collaborativo (« Cheek to Cheek »), Tony Bennett chiese a Lady Gaga se voleva registrare un altro album con lui, questa volta con canzoni scritte da Cole Porter. Quando l’album fu finito, decisero di chiamarlo come questa canzone, che era la preferita di Bennett.

Qui, l’interpretazione registrata dal vivo al Chez Club di Hollywood il 22 e 25 febbraio 1967, per l’album « Big Swing Face » della Big Band del batterista Buddy Rich.

L’album non solo ristampa la seconda registrazione di Buddy Rich & His Big Band, ma raddoppia il programma con nove performance inedite dello stesso ingaggio al Chez Club di Hollywood il 10 marzo 1967. La band di Rich era al suo apice e mostrava un suono d’insieme davvero impressionante, con solisti come il contralto Ernie Watts (un nuovo arrivato), il trombettista Bobby Shew, Jay Corre al tenore e il notevole batterista/leader. Nonostante la presenza di « Norwegian Wood » e « The Beat Goes On » (quest’ultima eseguita dalla figlia adolescente di Rich, Cathe, alla voce), si tratta di un set molto swingante. Rich ha alcuni assoli eccezionali e molti stacchi di batteria, ma non monopolizza i riflettori.

Autres articles – Otros artículos – Altri articoli